Nemo

NEMO Prog Rock
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La chronique impubliable

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
JP
Rang: Capitaine
avatar

Nombre de messages : 3139
Age : 47
Localisation : Le Puy en Velay
Date d'inscription : 29/08/2004

MessageSujet: La chronique impubliable   Lun 15 Jan 2007 - 12:48

Avec l'accord de l'interessé, voici une critique personnelle de Si partie II, réalisée par Piero Romainville, membre de l'équipe du fanzine Belge "Prog resiste".
Cette chronique ne paraîtra nulle part ailleurs qu'ici, car elle est le fruit d'une demande personnelle. Je la soumets donc à la vision de tous, car on n'en trouvera pas d'aussi objectives !

La parole à Piero, merci à lui d'avoir passé du temps pour ça :

"La chronique impubliable …

A moi qui n’avais rien du profil caractéristique du fan de Nemo (à part peut-être au niveau du bide), il me fut donné cette année 2006 de rencontrer à plusieurs reprises ceux dont le nom est personne, de les voir 3 fois s’exécuter sur scène, et de dialoguer bien souvent, même si par net ou forum interposé, avec mon désormais camarade Jipéyelle, un Puy de science guitaristique dont tant la position sur scène que l’élégance naturelle m’autorisèrent à le qualifier de Massif Central.

Il faut croire que mes rapports avec le susnommé, quoique amicaux sur le fond, ne sombrèrent pas sous le seuil de la franchise ; puisqu’il comme il me le rappela tout récemment, il paraît que je lui aurais avoué personnellement trouver sa voix encore plus moche que celle de Jean-Louis Aubert … ce qui dans mon esprit, au niveau de la justesse, correspond à un repassage en septembre. Notez qu’il y a pire. J’aurais pu parler de Indochine …

Il a certainement raison Jipé. Peut-être je ne lui ai pas dit comme ça, mais j’ai dû le penser très fort. Je me souviens de ma réaction après Si1, simultanément emballé par la musique et irrité par la performance vocale, j’en étais venu à m’exclamer intérieurement très fort « mais bordel » -imaginez mon courroux- « N’y a-t-il pas un vrai chanteur en Auvergne pour mettre la voix au diapason du reste ?? ». Ce qui, j’en conviens, est particulièrement méchant et excessif, mais rend bien le sentiment de gâchis ressenti, comme celui du gars qui a les 5 premiers numéros du Lotto mais rate le sixième …

D’autant plus excessif que confronté à leurs prestations scéniques, j’y fus beaucoup moins perturbé par l’organe à Jipé, beaucoup plus intégré « dans » le spectre sonore que sur le disque. La scène est un endroit où présence et crédibilité font mieux que colmater les brèches. Elle humanise.

Bref, me voici de Nemo si pas addict devenu, au moins respectueux et très intéressé par son évolution. C’est ainsi que tombe un jour dans ma boîte qui ne s’attendait plus à un Noël si tardif la nouvelle rondelle de mes volcaniques amis, sobrement intitulée Si2, et beaucoup moins sobrement sous-titrée « l’homme idéal ». Quelqu’un me parle ? ;-))

Mais voilà qu’avant même de me laisser le temps d’approcher la galette, me parviennent déjà divers commentaires en tous genres, parfois même divergents. Plus ou moins « metal », plus ou moins simple à aborder, …. Bon signe. Souvent le désaccord est un indice qu’il y a matière à intérêt. Voyons voir.

<long silence>

Comment ça, long silence ???
Ben, le temps de trois écoutes quoi quand même. Dont une au casque. Faut un minimum de respect, avant de cracher des conneries sur un brol qui représente un immesurable investissement en temps, en énergie et en don de soi introspectif de la part de ceux qui l’ont crée, le brol. Un mot à la mode, ça, respect. Mais on oublie trop souvent qu’il est bilatéral, ce mot …

a) intro … rigolo la discussion à table entre le Jipé et le Gwillôme … sur fond de Flower Kings, avec vieux son et grasse guitôôre. Puis on passe en saccadé que rejoignent nappes de mello et guitare en contretemps qu’on dirait du Galahad. Et puis le piano. Moi j’aime ce piano. Surtout avec la finesse de l’accompagnement. Et puis vlan arrivée impromptue de la voix qu’on ne s’y attend pas du tout, tellement que même le rythme semble changer, d’ailleurs il change. Ca choque un peu, faut s’y faire, le temps qu’elle se « plââââââââce … » ;-))
b) les enfants rois … Ah ouais, c’est peut-être ça qui fait parler de metal … bof, pas plus metal que le néo ’90 genre Shadowland/Pallas survitaminé, avec ici l’intelligence de l’un ou l’autre break intelligent. C’est –quand même- pas vraiment ma musique préférée …
c) même peau … Zou le gros changement d’ambiance. A la fois plus feutré et plus étrange, presque science-fi. Même que le son de clavier il me rappelle Le Gendarme et les extra-terrestres. Par contre le gros riff de guitare il est bien de la Terre lui, excellent. Ici ça rock vrai. Mais encore une fois, ce n’est pas plus metal que le Manfred Mann de Nightingales & Bombers, franchement. D’ailleurs ce morceau, y compris par ses excellents soli de claviers, m’évoque le MMEB. Excellent. Seule irritation, encore le chanteur. Quoi le chanteur ???? Hoooohohoho … allez j’avoue, il chante JUSTE. Et pas des mélodies de chochotte, en plus. Plus rien à dire de ce côté-là. C’est le timbre, on aime ou on n’aime pas. Et puis cette façon d’arracher la fin de plein de mots à la Michael Jackson …. Grrrrr …. Enfin bon c’est vraiment du détail relevé par un emmerdeur de chroniqueur, on s’en fout. Ce morceau est excellent. Et la reprise diabolique. Batterie superbe, chorus géants et claviers étranges. Belle finale toute empianotée (dois-je répéter que j’aime le piano ?).
d) l’homme idéal … Yeah !!! J’adôôre !! Grandissime. Je ne connais que Flower Kings pour faire aujourd’hui ce genre de plan Prog/Hard/Jazz avec autant de brio … euhhhh … ce morceau majestueux avait-il vraiment besoin d’un texte ? Les parties chantées sont pour moi les parties les plus faibles des 4 minutes 30. Sauf les adorables dabedidoudabedam, qui eux, rentrent parfaitement dans le sujet.
e) Reflets … voilà l’orage … yeahh il manquait plus que le blues. T’en veux ? en v’là. Et ça marche. Guitare épurée avec la brillance de John Lee Hooker, et les vocaux plaintifs des champs de coton. J’aime bien, même les chœurs très osés. Non ce n’est pas faux. Apprenez la musique, bande de lâches, et sachez que Nemo essaie de faire des choeurs un peu plus fouillés que des tierces et quintes... Et mais voilà une petite madame qui chante, excellent. Très osé, très intéressant. Encore du neuf sur ce disque, décidément on ne s’ennuie pas. Wouaille … les gros coups de nappe.. nous voici revenu dans le néo ’90, on dirait du Pallas chanté par Alain Chamfort. Heureusement le Jipé enfonce la wahwah et nous fait du Stolt furieux pour nous remettre sur les rails. Retour du blues. Moi j’aime ça le blues. Et le piano Rhodes me fait pleurer … mais faudrait pas exagérer avec le pano tournant, c’est inaudible dans un casque. Compris les gars ? Allez vas-y Jipé, joue, joue, … et toi Madame, vocalise, … vous assurez super.
f) Decadense … Encore de l’excellent mélange Rock/jazz, encore des influences Flower Kings top niveau, y compris les voix accompagnant la guitare, génial. Basse ronflante, piano, … voici peut-être le Nemo que je préfère. Le clic se fait ballade et l’intensité tombe. N’empêche c’est beau. Mais là pour la première fois je me demande si toutes les voix sont nikel justes. La transformation en néo-ballade-énergique m’inspire beaucoup moins (pourtant j’aime le néo, comme chacun sait) contrairement à la retombée intimiste très réussie. Bon j’arrête de vous parler du piano, je me répète. Jipé renfourche le manche … on a beau dire, c’est quand même ça son truc, avec un bon vieux son de blueseux cradingue et une rythmique qui assure, il y est. Puis bon, va pour la montée en tierce à la Boston et la finale en fanfare, c’est court et bien fait.
g) Une question … guitare-hammond à l’unisson sur des mono-notes de mellotron sur des harmonies d’enfer, j’adore. Et encore plus quand arrive l’artillerie lourde. Puis place au Hammond Messieurs-Dames ! Yeah grandiose, c’est comme dans The Tangent !! Wouahh … pourvu que ça dure !! Et ouais, même avec le retour de la grosse guitare qui pulse, le Hammond reste maître du jeu. Que dire du génial clap-clap-break ? Génial. Faudra trouver un public capable de faire ça sur scène … héhéhéhéhé …. Encore une fois, on est dans le monde Flower Kings ici, et alors que ces derniers commencent à m’ennuyer avec leurs longueurs répétitives, les structurations de Nemo font que jamais n’arrive la lassitude. Chapeau. D’ailleurs, le temps de l’écrire, et …..
h) L’homme idéal 2 …. Le piano reprend la main pour l’entame d’un nouveau morceau chanté, légèrement swinguant, avec accord de piano de quelqu’un qui a étudié les ficelles du jazz … et c’est pareil pour les harmonies « fatâââââââles ». Le solo de moog n’enlève rien au côté swing de l’affaire, et même la guitare alourdie n’enlève pas le côté léger de la pièce ; c’est donc ici la partie rythmique qui garde la maîtrise de la trame. Imaginez Jonasz en train de rocker …
i) Les visages … Voilà que je me mets à aimer les voix de Nemo … bizarre non ? Il faut dire que cette entame en psyché lent est splendide. Ce sont ici les premières touches de romantisme de l’album. Avec une idée de la beauté comme celle qu’on pouvait trouver dans le Visitor d’ Arena. Accords et sonorités Nolanesques inclus. Du noble néo, lent, lourd et prenant. Finale breakée qui rappelle un titre précédent … et silence.

Voilà qu’il est fini le CD.
Ce fut un beau voyage.
Avec comme dans tous les voyages des moments grandioses et inoubliables, et d’autres plus contraignants que la mémoire sélective aura tôt fait d’effacer, à moins de faire partie des indécrottables râleurs que la vie ne satisfera jamais.
Pour qu’il en reste ce sentiment global de satisfaction, et d’intérêt, d’avoir visité une contrée qui me parle, qui me communique, et me réveille sentiments et émotions.

Je considère que je viens d’écouter l’album de Nemo qui me parle le plus, même si je ne peux m’empêcher de penser que leurs forces et leurs faiblesses se situent toujours aux mêmes endroits, quoique leurs niveaux se soient généralement élevés.

Alors quant à savoir, finalement et pour reprendre les premiers questionnements, si cet album est plus ou moins metal ….. C’est le dernier de mes soucis.

Piero."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nemo-world.com
Jean-Luc
Monstroplante
avatar

Nombre de messages : 124
Age : 49
Localisation : Poitiers
Date d'inscription : 24/02/2006

MessageSujet: Re: La chronique impubliable   Mar 16 Jan 2007 - 15:00

Plutôt déroutante cette analyse. Beaucoup trop "musicologique" en tout cas (mais c'est peut-être ce que cherchait JP en faisant cette commande à Piero ?) pour le simple amateur de musique à la recherche de sensations et de plaisir. D'où j'imagine la décision de ne pas la publier (et pourtant, c'est fait !). Qaunt à la qualifier d'objective, c'est plutôt délicat tant chaque auditeur est forcément influlencé par ses goûts personnels à l'écoute de n'importe quelle musique.

Pour ma part, je suis plutôt surpris de lire des critiques concernant le choix des sonorités "dites néo" des claviers. Au contraire, je trouve que c'est plutôt nouveau dans l'univers de Nemo et ça enrichit un peu plus le propos. Ainsi, je trouve notamment les sonorités utilisées dans "Miroirs" tout bonnement monstrueuses.
Et puis, quitte à faire des critiques quelque peu désobligeantes (même si on sait que le belge manie le second degré avec facilité), et je pense ici à l'expression "du Pallas chanté par Chamfort", on pourrait également abonder un peu plus dans l'autre sens, en parlant notamment de l'ambiance de claviers complètement floydienne de "Une Question de Temps" (si je ne me trompe pas).

Bon, au final, on se rejoint quand même sur un point : cet album est très bon (pour celui qui n'aime pas Nemo plus que cela), et totalement excellent pour le fan que je suis !

Allez JP, continuez comme cela, et malgré ta voix à la Jean-Louis Aubert, on ne peut que souhaiter un succès similaire à Nemo !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP
Rang: Capitaine
avatar

Nombre de messages : 3139
Age : 47
Localisation : Le Puy en Velay
Date d'inscription : 29/08/2004

MessageSujet: Re: La chronique impubliable   Mar 16 Jan 2007 - 15:20

Merci JL pour cette réponse.
Deux petites rectifs : impubliable est bien du second degré, cela voulait surtout dire qu'elle ne sera pas publiée (dans un fanzine).
Par objective, je me suis mal exprimé : je voulais dire impartiale, et sans arrière pensée. Piero n'a pas cherché à arrondir les angles et ça, c'est precieux !

youpi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nemo-world.com
Gasparou
Kourskoman
avatar

Nombre de messages : 256
Date d'inscription : 13/08/2005

MessageSujet: Re: La chronique impubliable   Mer 17 Jan 2007 - 11:25

Impubliable, surtout parcequ'il l'a pas fait de son plein gres, mais sur demande...

mais sinon, très bonne critique, je le rejont sur pleins de points.

(et moi, je finit ma semaine de partiels, et je vous fait une critique pareil : d'ensemble, puis titre par titre, puis instru par instru, puis en comparaison aux autres disques, puis visuellement (la pochette))
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JP
Rang: Capitaine
avatar

Nombre de messages : 3139
Age : 47
Localisation : Le Puy en Velay
Date d'inscription : 29/08/2004

MessageSujet: Re: La chronique impubliable   Mer 17 Jan 2007 - 20:10

Gasparou a écrit:


(et moi, je finit ma semaine de partiels, et je vous fait une critique pareil : d'ensemble, puis titre par titre, puis instru par instru, puis en comparaison aux autres disques, puis visuellement (la pochette))

je suis preneur ! Bravo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nemo-world.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La chronique impubliable   

Revenir en haut Aller en bas
 
La chronique impubliable
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Chronique] Lonewolf "The Dark Crusade"
» TOXIC HOLOCAUST Chronique de l'archéologue du métal ...
» Patrick Bonnifet "The Jojusong Project" 2010 (La Chronique)
» Chronique de films.
» Chronique : " Beggars Banquet " (Rolling Stones)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nemo :: Choisissez votre sujet / choose your topic :: NEMO-
Sauter vers: